Contenu du sac pour mon safari photo

Comme mes amis et les lecteurs de ce site le savent déjà, je suis sur le départ pour un safari-photo au Kenya. Lors d’un voyage de ce type, on se pose toujours un peu la question de ce qu’il faut emporter. En effet, il n’est guère question de se charger comme un baudet, mais il serait dommage de faire 10.000 km pour se rendre compte que l’on a oublié un élément important de sa panoplie photo ou que l’on prend un risque un peu idiot.

Si le contenu de mon sac de voyage peut être considéré comme utile ou représentatif (j’essaye de penser à tout dans une optique de simplicité tout de même), je vous invite à le visiter ici.

Sac photographique

En priorité, il faut considérer le matériel photo à emporter (avec une importance centrale donnée à l’équipement du photographe numérique que je suis).

  • Un sac (Lowepro ou autre) ou une valise rigide : je ne sais toujours pas choisir de manière ferme ; j’ai longtemps utilisé une valise métallique qui apporte une protection maximale mais pèse un ane mort, je penche plutôt aujourd’hui pour un sac souple mais bien protégé (comme mon Lowepro Mini Trekker AW).
  • Konica-Minolta

  • Un boitier : mon Konica-Minolta Dynax 7D, bien sûr.
  • Eventuellement un boitier de rechange : mais uniquement si cela représente une masse et un coût relatifs raisonnable (on ne peut pas s’assurer contre toutes les casses ou pertes).
  • Téléobjectif : en chasse photo, un télé long (comme mon Sigma 400mm f/5.6) est le bienvenu même s’il n’est pas à très grande ouverture dans le cas de pays ensoleillés comme le Kenya.
  • Téléobjectif : dans certains cas, la lumière manque autant que le recul ; ce n’est sans doute pas trop à craindre au Kenya, mais au petit matin ou en fin de journée mon Minolta 200mm f/2.8 ApoG sera sans doute appréciable ; il est du voyage.
  • Un zoom trans-standard : pensez aux paysages (une petite carte postale comme souvenir n’a jamais fait de mal à un photographe voyageur).
  • Un flash, de préférence puissant puisqu’il sera plutôt utilisé dans de grands espaces pour déboucher une ombre à la tombée du jour ; j’emporte le Minolta 5600HS D (un flash cobra puissant et relativement peu encombrant).
  • Cartes mémoire : 2 cartes Flash 1Go (pour la redondance).
  • Un videur de cartes Flash : le Compact Drive PD70X de 60 Go dont vous avez entendu parler ici depuis plusieurs mois (rapide, compact, sur batteries LR6/AA standard).
  • Batteries de rechange : ça ne pèse rien et il est toujours déplaisant de devoir attendre la durée d’une charge pour reprendre la séance de photo, surtout si les modèles n’ont pas spécialement envie de patienter pour vous.
  • Divers :
    • filtre polarisant,
    • bonnettes ou tubes allonge pour la macro occasionnelle,
    • etc.

Sac de voyage traditionnel

Bien entendu, nous ne sommes pas que photographe, mais aussi plus simplement voyageur. Il faut alors se souvenir des conseils les plus simples qui nous ont été administrés par nos parents lors de nos premiers voyages hors du berceau familial :

  • Emporter les vêtements adaptés au climat local (votre voyagiste vous conseillera bien sûr). Pour le Kenya, prévoir qu’il y fait chaud (vêtements légers, pantalon souple, bermuda ou jean et T-shirts), que le soleil cogne fort à l’équateur (chapeau ou casquette et privilégier les manches longues), mais qu’il peut faire froid ou humide la nuit (une polaire ou un pull et un K-Way ou un poncho dans le fond du sac).
  • Emporter les chargeurs de batterie, de préférence adaptés à la situation (soit prise 12V sur véhicule, soit le 100-245V secteur local avec prises correspondantes).

Autres

Je pense qu’il faut aussi emporter quelques autres choses utiles mais dont on ne se souvient pas forcément toujours :

    One dollar bill

  • Un peu d’argent liquide : pour les pourboires (ou les backshishs dans certains pays), sans oublier que si l’Euro est une devise de mieux en mieux reconnue internationalement, le dieu Dollar reste la référence incontournable.
  • Vos vaccins à jour et les éventuels médicaments anti-paludéens : en France, l’Institut Pasteur (et son site anglophone) vous renseignera idéalement et pourra aussi assurer les vaccinations elles-mêmes ; Attention ! c’est un détail à ne pas oublier au moins à cause du coût des vaccins et des médicaments, et des délais parfois imposés entre la vaccination et le voyage.
  • Un répulsif contre les insectes : particulièrement important dans les zones soumises au risque de malaria où l’utilisation d’un répulsif associé à des vêtements couvrants et une moustiquaire pour la nuit reste la première protection contre cette maladie grave et endémique.
  • Votre passeport et l’éventuel visa : toujours vous renseigner par avance auprès de l’ambassade du pays concerné (et éventuellement des pays traversés lors d’une escale de l’avion) ; il n’est pas partout aussi compliqué qu’aux Etats-Unis où les réglements se durcissent tous les ans, mais un visa manquant peut interdire le voyage (sans recours possible).
  • Enfin, n’oubliez pas le billet d’avion et autres tickets fournis par votre agent de voyage.

Logo Objectif Nature - spécialiste du voyage naturaliste et du safari photoPour finir, si la plupart de ces idées proviennent de ma propre tête et de mes recherches personnelles, je veux remercier Objectif Nature qui m’a fourni un moyen de contrôle tout à fait professionnel avec sa propre liste aide-mémoire (Objectif Nature est ainsi l’organisateur du safari photo au Kenya auquel je participe en 2006).