Les prix de Minolta dégringolent – le temps d’acheter ?

Konica-MinoltaAprès l’annonce de Konica-Minolta abandonnant le marché de la photographie (numérique aussi bien qu’argentique), de son remplacement par Sony (ce qui est en place en ce mois d’Avril), je me suis posé la question des conséquences sur le prix des appareils photo eux-mêmes.

De manière très prévisibile, les prix chutent lourdement alors que les revendeurs s’efforcent de vider les stocks qui’ils ne souhaitent pas voir encombrés par des produits qui sont donc officiellement arrêtés.

Par exemple, le Konica-Minolta Dynax 7D est maintenant offert à la vente en France à moins de 800€ (port compris). Le Konica-Minolta Dynax 5D à moins de 600€ (port compris). Le Dimage A200 (un excellent appareil photo numérique 8Mpixel de type bridge) est tombé sous la barre des 500€ (nettement).

Aucun doute, cela permet de faire des affaires aver les appareils reflex. Les 7D et 5D sont décidément de bonnes machines. La présence dans ces appareils photographiques de l’Anti-Shaking (protection contre le bougé) est une raison supplémentaire pour tous ceux qui disposent déjà d’un long téléobjectif (toujours très sensible aux vibrations et au flou de bougé). Encore mieux, il y a de gros risques pour que le marché de l’occasion (pour les optiques) voit ses prix tomber encore plus bas dans les mois à venir (mais il est encore trop tôt pour en être certain) à cause des utilisateurs haut de gamme qui voudront fuir Minolta-Sony en direction des autres marques et laisseront derrière eux des beaux cailloux à l’abandon.

Néanmoins, les prix des bridges me semblent moins impressionannts. C’est pas mal bien sûr, mais dans l’absolu le gain est moindre et il faut se souvenir qu’ils seront de moins en moins bien supportés (même si Sony s’est engagé à reprendre la garantie et la maintenance des appareils existants) totu en retenant que la durée de vie utile d’un bridge reste bien plus courte que pour un reflex (numérique ou pas).