Tchernobyl à cause d’un jeu vidéo

Lors d’une visite surprise de contrôle à la centrale nucléaire de Three Mile Island, les inspecteurs sont tombés sur un garde tellement concentré sur son jeu vidéo sur console portable qu’il ne les a pas vu venir (et n’a pas su répondre à l’appel radio de veille). Evidemment, le contrôle se solde par une assez mauvaise note (d’autant plus que ce n’est pas le seul cas relevé de manque d’attention au travail dans une centrale nucléaire qui a fait l’objet du deuxième plus grave accident nucléaire après Tchernobyl).

On n’en est pas encore à accuser les pilotes de Tchernobyl d’avoir joué à des jeux vidéos au moment de l’accident dont nous fêtions l’anniversaire le mois dernier. Ils n’avaient probablement pas accès aux consoles vidéo, mais ils jouaient avec la centrale elle-même. On se demande ce qu’il vaut mieux…

Note : les jeux vidéos sont autorisés par l’autorité administrative qui surpervise les centrales américaines (pour leurs qualités en matière de stimulation intellectuelle). Mais cela pourrait changer.