OpenSUSE 10

TuxOpenSUSE est une des plus célèbres distributions GNU/Linux. Elle a eu récemment la faveur des colonnes de la presse spécialisée informatique lorsque Microsoft a annoncé qu’il fourniraient un support tout particulier à SUSE pour son exécution dans l’environnement e virtualisation du futur Microsoft Windows Vista.

Sachant mes précédents échecs avec une distribution Linux SlackWare (décrits uniquement dans la version anglaise du site), j’ai décidé de faire un nouvel essai avec une autre distribution (dans l’espoir d’obtenir de bien meilleurs résultats). Voici un compte-rendu de mon expérience pour ceux que cela pourrait inspirer.

Installation

Une difficulté que j’ai rencontrée sur la machine de test était que le mode graphique 1280×1024 n’est pas supporté par mon écran LCD. Comme c’est le mode de travail par défaut d’OpenSUSE, j’ai dû trouver un moyen pour forcer OpenSUSE à rester en 1024×768. Cela n’est finalement pas trop difficile mais il a fallu fouiller un peu. J’ai trouvé en bas de l’écran d’installation un menu d’options derrière la touche F3, en l’ouvrant eet en choisissant à nouveau F3 pour avoir les options d’écran, j’ai pu forcer le mode 1024×768 et laisser ensuite l’installation se faire toute seule.

Après cela, l’installation m’a présenté un joli programme graphique dans lequel j’ai rapidement pu choisir de passer à la langue française en utilisant ma souris et des menus-listes déroulants (sur un fond dans un joli camaieu de gris très doux).

Une des choses vraiment sympas du programme d’installation a été la reconnaissance immédiate et automatique des partitions existantes et la proposition de reformatter les partiition Linux et de monter la partition Windows NTFS (une approche très saine de la compatibilité ; ça me va complètement). Ensuite, la copie des fichiers a pu commencer.

A ma grande surprise, au cours de la copie des fichiers, le PC a proposé de rebooter tout seul (sans indiquer s’il fallait retirer ou pas le CD du lecteur – apparemment, il le fallait impérativement). Nous avons alors pu attaquer la deuxième étape du processus d’installation qui comprenait un nombre notable d’insertions de CD dans le lecteur. A la différence d’autres distributions, j’ai dû passer par pas moins de 5 CD-ROMs (et le 5e n’était là que pour apporter 2Mo de données dans l’installation des composants par défaut !). Un DVD serait probablement là une option intelligente (mais la machine de test n’en comportait pas encore). Quoi qu’il en soit, j’ai aussi noté que – tout en tenant compte de la grande quantité de données à transférer – la copie des fichiers m’a semblé particulièrement lente. Ce n’est pas que j’ai eu beaucoup à réfléchir au delà des echanges de CD, mais j’aurais quand même préféré un processus de copie un poil plus efficace que cela.

Après la copie des fichiers, nous sommes guidés dans une série d’options de configuration comme on pouvait s’y attendre :

  • Etablir un mot de passe pour le compte root (sécurité !)
  • Configurer le réseau (dans la plupart des cas, il suffit de laisser la configuration DHCP par défaut pour que tout se passe très bien ; le programme d’installation prend même la peine de vérifier pour nous la configuration Internet avant d’aller plus loin !)
  • Mettre à jour en ligne (c’est une très bonne idée que de le faire sans attendre ; c’est très rassurant).
  • Créer un ou plusieurs utilisateurs.
  • Optionellement configurer quelques équipements matériels spécifiques.

Remarque en passant : Malheureusement, à cause de problèmes avec ma liaison ADSL, j’ai dû interrompre l’installation en cours de mise à jour en ligne. Mais comme l’installation s’est trouvée vraiment perturbée par mon appui sur le bouton de Reset, j’ai dû reprendre l’installation au début…

J’ai ensuite pu faire une mise à jour plus traditionnelle sans plus d’encombres (en utilisant le programme officiel de mise à jour : YaST). Bien sûr, la première fois les choses sont un peu longues (beaucoup de patches à télécharger), mais il satisfaisant de pouvoir le faire aussi facilement.

Points positifs :

  • L’installation reconnait facilement la présence de partition de swap ou NTFS qu’elle propose de monter proprement.
  • L’environnement d’installation est propre et très clair. Il évite complétement le passage par la ligne de commande qui l’on trouve encore trop souvent associée à Linux (seuls les noms de packages installés défilent pendant la copie des fichiers. C’est assez vilain, mais ce n’est pas très grave).
  • Mise à jour immédaite pendant l’installation (sécurité !)
  • Au moment de créer des noms et des mots de passe, le système procure des conseils avisés (sécurité encore !)

Points faibles :

  • Probablement des faiblesses du côté du process de mise-à-jour-à-la-volée-pendant-l-installation.
  • L’installation détecte normalement la carte graphique ATI (mais seulement comme une Rage 128 au lieu d’une moderne All-in-Wonder avec acquisition vidéo).

A la fin de l’installation, il n’ets même pas la peine de rebooter. Sympa !

Galop d’essai

Plein de choses immédiatement disponibles et un environnement élégant dès le lancement (y compris un fond d’écran qui présente le caméléon qui sert de logo à Suse). L’interface elle-même est suffisamment proche de celle de Windows pour que peu d’utilisateurs ne s’y perdent. On trouve tout de suite plein d’outils utiles et nécessaires : des navigateurs Internet, une suite d’outils bureautiques, une suite Internet complète, un graveur de CD/DVD, etc. La seule chose qui m’a semblé manquer est un programme graphique conséquent en l’absence du très classique Gimp ; il ne semble y avoir qu’un logiciel album de photo.

On remarquera aussi avec plaisir que le système d’exploitation démarre à toute vitesse (beaucoup plus vite que MS-Windows). C’est un changement tout-à-fait bienvenu.

Conclusion

En dehors de mon petit problème de mise à jour ratée (et je considère que le coupable est à rechercher du côté de ma liaison ADSL actuellement peu fiable plutôtque du côté de Suse), tout s’est très bien passé et j’ai maintenant une belle installation OpenSUSE sur un de mes PCs. Elle est assurément très utilisable, facile à comprendre(toutes lesfonctions sont à des emplacements prévisibles et faciles à retenir – de mon point de vue d’utilisateur habitué à Windows). Et c’est une config rapide.

Recommandé.

Plus d’informations sur le site web OpenSUSE.