YouTube & Google : mort de la TV

Alors que le rachat de YouTube par Google est clairement dans les faits, il reste à se demander ce qui va maintenant se passer. Il ne suffit pas d’avoir beaucoup de trafic (YouTube a des millions de visiteurs qui se précipitent pour visionner une foule de vidéos en ligne) pour faire un bon business model (il suffit de se souvenir de la bulle Internet de 2000 qui a éclaté quand on s’est rendu compte qu’il ne suffisait pas d’avoir du trafic pour faire des affaires).

Alors, YouTube va-t-il être une petite bulle en 2007 ? Emportant peut-être Google avec lui dans sa chute ? C’est ce que vous diront certains, mais je suis pret à parier qu’il n’en ira pas ainsi. Et pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, il y a bien un business model et -en plus- il marche : YouTube est bel et bien en train de devenir une chaine de télé mondiale. Ce n’est pas Fox, CNN, MSNBC, TF1, Canal+ ou une chaine semblable. Mais il touche déjà des millions d’individus dans le monde avec leur contenu multimédia qui est mis à jour en temps réél et qui suit rapidement les centres d’intérêt de ses utilisateurs. Dans bien des cas, il est déjà capable d’anticiper certaines modes.

Bien sûr, il faut reconnaître que YouTube vole tout bonnement le contenu (ou une partie du contenu) de télé existantes (n’essayez pas de compter les vidéos qui ne sont que des copies de portions de spectacles de prime time ou d’actualités télévisées, ni les vidéos clips musicaux, ni les bandes annonce de film). Cela ne pourra sans doute pas durer très longtemps. Mais il serait faux de croire que YouTube dépend de ces sources illégales. La plus grande partie des sources intéressantes sont chez des producteurs qui sont eux-mêmes dépendant de l’existence de YouTube (des groupes de rock locaux, des producteurs indépendants, des petites agences graphiques, etc.) Ces sources de contenu n’ont aucune raison de décroitre et continueront à alimenter la ruée vers l’or vers la vidéo de YouTube.

De plus, Google est assurément la société qui a le mieux compris ce que signifie faire de la publicité sur Internet. Ils font ça tellement bien qu’ils sont devenus la référence incontournable (par exemple, si vous cliquez sur une publicité autour de cette page, ils touchent de l’argent et je touche de l’argent). En clair, Google sait convertir des visiteurs en espèces sonnantes et trébuchantes.

Bien sûr, les chaines télé ne se laisseront pas faire. Elles ne peuvent pas ignorer une telle menance (cela leur serait rapidement fatal). Mais elles n’ont qu’un nombre limité d’options à leur disposition :

  • Les chaines peuvent essayer de réduire l’offre de YouTube : Ils faut les trainer devant les tribunaux pour défendre les violations des droits d’auteur. Ce sera long et les interminables batailles juridiques ne feront que retarder une échéance qui deviendrait de plus en plus inévitable : les chaines TV doivent être meilleures que YouTube+Google.
  • Elles peuvent se lancer dans la compétition : un nouveau service en ligne. Mais cela demande à ce que des chaînes TV se mettent rapidement d’accord sur un produit unique (on les connait plus pour leur lenteur -je n’ai pas parlé de « dinosaures« ). Pire, elles doivent trouver un moyen de rendre le résultat plus attirant que le produit phare, YouTube, pour attirer plus de public. Et cela ne sera pas facile. Il n’est pas exclu qu’il apparaisse un meilleur YouTube que YouTube, mais je parierais que cela viendra plutôt d’une petite startup que d’un consortium géant qui regroupe des intérêts contradictoires.

Quoi qu’il en soit, qui vivra verra. Mais les chaines de TV auront bientôt épuisé leurs réserves.