Couper l’herbe sous le pied des spammeurs

Vous avez sans doute remarqué que de nombreux SPAMs que nous recevons font la promotion d’un titre boursier -que vous ne connaissiez sans doute pas. Cela fait généralement partie de ce que l’on appelle une escroquerie de type ‘pump and dump‘ (pompé puis largué). Cela consiste essentiellement à acheter des actions d’une société de préférence sur un marché étroit, puis à en assurer la promotion furieuse pour faire monter le cours rapidement (pomper) pour ensuite vendre aux gogos qui se précipitent (larguer).

Cela marche vraiment bien si vous vous attaquez à une société côtée pour laquelle il n’y a qu’un tout petit marché (très peu de titres en circulation). Vous achetez à vil prix ; vous convainquez un certain nombre de gogos de tous s’y précipiter simultanément, cela fait monter le cours (les gogos y croient d’autant plus). Mais vous êtes le seul à pouvoir en profiter en vendant. Ensuite, les gogos se retrouvent avec des actions essentiellement invendables (et surtout pas au prix où ils les ont achetées). L’escroc peut gagner beaucoup d’argent aux dépens des gogos (qui lui ont donné leur argent contre du papier qui ne valait pas ça) et des sociétés (elles aussi sont victimes parce qu’il leur faudra sans doute longtemps pour que leur image boursière se remette de ces secousses).

La SEC (Commission américaine qui surveille les marché boursiers) pense avoir trouvé la solution : pour 35 sociétés récemment prises pour cible de telles campagnes de SPAM, la SEC a tout simplement procédé à la suspension des cotations. Il n’est pas certain que cela apportera la solution, mais cela laisse le temps aux choses de se calmer. L’information peut circuler (et atteindre les éventuels gogos avant qu’ils ne se fassent prendre) pour savoir ce qui se passe vraiment. L’espoir est de forcer les escrocs à garder leurs actions pour eux et bloquer le mouvement en dent de scie qui dure souvent une à deux semaines.

Parallèlement, les autorités fédérales ont réussi à attraper des personnes qui s’étaient lancées dans des activités proches de manipulation de cours à partir de comptes détournés chez des agents de change.

Sources : The Register, The Register.