Canon 40D, Nikon D300, ça s’emballe grace à Olympus E-P1

Sur le front des nouveautés en matière de réflex numériques, les forums sont encore agités de rumeurs et de nouvelles passablement curieuses.

Il y a eu la publication de photographies d’un supposé Canon EOS 40D sur un site coréen (voir ci-dessous). Le travail du grpahiste qui a produit cette image est passablement quelconque (le 4 du sigle de la façade n’est pas correctement aligné avec le reste du logo et le 0 en particulier ; l’écran arrière a été collé sans aucune attention à son intégration au reste du design arrière, les plastiques ne sont pas de la même couleur, les raccordements des pièces plastiques sont approximatifs).

Canon 40D - Photoshopped image

C’est moins amusant que le beau travail de Samuele Silva sur un rêve de 40D.

Mais vient maintenant un supposé document d’Olympus, prétendument à l’intention des commerciaux et de la promotion d’un futur E-P1.

Olympus specifications

Là, on parle d’un document assez complet dont on trouve encore des éléments sur les forums anglophones de DPReview à propos de l’Olympus E-P1. Le plus intéressant en est sans doute le tableau ci-dessus. D’abord, il est assez difficile de dire si le document est effectivement authentique (s’il provient bien d’Olympus). Ensuite, même authentique, rien ne dit qu’Olympus a eu des révélations secrètes à propos de ses concurrents (personnellement, je crois que si une grande marque comme Olympus a réussi à dérober ces informations, elle se gardera bien de les lâcher dans les équipes de ventes ou le département marketing, de peur de se retrouver en face des conséquences judiciaires de ses actes). Enfin, il est peu probable que les informations concernant les deux concurrents potentiels soient de la même qualité.

A mon humble avis (mais c’est aussi l’avis auquel je me réfère le plus souvent), il pourrait bien s’agir de la base de référence utilisée en interne par Olympus qui s’appuie sur les révélations ou les rumeurs entendues ici ou là et les projections réalistes sur lesquelles le département marketing doit s’appuyer pour anticiper intelligemment la direction prise par la concurrence. Et je ne compte même pas la publicité gratuite qu’Olympus peut espérer tirer indirectement des amateurs anxieux de tout savoir sur les futurs Canon 40D et Nikon D300.

Si on regarde les choses sous cet angle, on peut y voir plusieurs éléments intéressants :

  • Une probable montée en résolution (12MP pour Nikon et Canon)
  • Olympus ne croit pas que ni Nikon ni Canon n’abandonneront la stabilisation d’image dans les optiques (y ajouter une stabilisation au boîtier serait très compliqué à expliquer au public et briserait un élan appréciable pour les deux marques). Mais Olympus s’en tient à une stabilisation au boîtier qui s’est révélée très favorable à toutes les marques qui ne pouvaient pas rattraper leur retard dans ce domaine autrement qu’en apportant la stabilisation à toutes les optiques simultanément.
  • Nikon reste sur une exposition de grande classe (CCD à 1000+ pixels depuis longtemps) mais Olympus a décidé de rester dans la course (49 zones sur l’E-P1).
  • On le sait, la vitesse de réaction n’est plus guère un problème avec les reflex modernes, mais la compétition n’est pas complètement close puisque les écarts entre les trois appareils seraient mesurables (pas forcément vraiment perceptibles).
  • 5 images par seconde devient le standard du reflex haut de gamme (c’est d’ailleurs intéressant comme les forums ont de plus en plus de discussions pour savoir si 3 ou 5i/s sont suffisants en photo sportive et sont vides de conversations sur les mérites de obturateur à très haute vitesse).
  • Olympus a décidé d’avoir le meilleur AutoFocus possible avec l’E-P1 : le plus rapide et reposant sur 11 points de mesures (ce sera intéressant à suivre, sachant que cela peut distinguer nettement deux appareils photo)
  • Les champs des viseurs sont toujours un peu étriqués, mais Olympus veut se différencier avec une couverture de 100%
  • Très étonnant : la précision des informations concernant la taille de l’écran LCD arrière. On sait que la tendance est à l’augmentation de la surface pour un meilleur confort du photographe, mais un Nikon D300 à 3 pouces de diagonale aurait une gueule d’enfer qui pourrait ennuyer Canon et Olympus. Néanmoins, il reste un risque sur l’ergonomie : plus l’écran est grand, moins il y a de place pour les doigts et les commandes sauf à faire un gros boîtier…
  • Vient ensuite la protection du boîtier avec seulement Canon 40D non tropicalisé. Il n’y a pas besoin de travailler chez Canon pour comprendre que ce n’est pas considéré comme la priorité des ingénieurs là-bas. Même un Canon 5D à son niveau de prix passablement stratosphérique n’a qu’une protection minimale pour sa gamme de clients potentiels. Mais le Nikon D300 se doit de tenir compte du fait que la bonne tenue du D200 est appréciée et que le Pentax 10D a ramené l’étanchéité à un niveau de prix jamais vu jusqu’ici.
  • Affirmer que le Canon 40D aura un nettoyage du capteur relève de l’évidence vu que la technologie est maintenant disponible sur le 400D. Nikon encore hésitant sur ce point ? Sans doute. Olympus ne l’est plus depuis longtemps et a même l’avantage d’avoir la meilleure technologie dans ce domaine (vibrations ultrasoniques).
  • Pour finir, la présence du LiveView (ou affichage arrière continu) qui impose de réaliser un capteur très peu consommateur en énergie et très bien refroidi est sans aucun doute à la portée de Canon, là où Nikon (et Sony, leur fournisseur de capteurs haut de gamme) ne semble pas vouloir s’aventurer.

Je vous laisse maintenant juger par vous-même, mais tout indique que la rentrée sera agitée (on murmure même que le mois de Juillet pourrait voir des annonces, mais ce n’est plus la première fois que nous entendons cette petite musique).

Source principale : Northlight Images.