Nouvelles du front P2P

Cela faisait quelques temps que je n’avais pas parlé de l’actualité du P2P (Peer-to-peer). Celle-ci nous rattrappe et il y a bien des choses passionnantes en train de se dérouler sous nos yeux.

Tout d’abord, les internautes retrouvent en Europe une certaine protection depuis une décision de la Cour Européenne de Justice : les FAI ne seront pas obligés de livrer les noms des internautes associés à une adresse IP sur simple demande des propriétaires de droits comme cela se fait aux USA (le cas a été traité à la suite du refus de Telefonica de fournir nom et adresse de certains de ses abonnés accusés par une maison de disque d’utiliser Kazaa pour échanger des fichiers MP3). Cela signifie que les actions en justice pour poursuivre les internautes indélicats qui copient des chansons, des musiques ou des films seront bien plus limitées que les dizaines de milliers d’actions similaires intentées de l’autre côté de l’Atlantique. Il faudra que soit ouverte une procédure criminelle.

Par ailleurs, le logiciel BitTorrent qui est le programme client le plus aisément reconnu sur le réseau BitTorrent ne sera prochainement plus libre. Cela correspond sans doute à la volonté de ses développeurs de se tourner vers une utilisation commerciale plus économiquement rentable (et certainement plus tournée vers des applications exclusivement légales et payantes). Rien de nouveau sous le soleil puisque nombreux sont les internautes qui préféraient déjà BitComet, Azureus ou uTorrent.

Vous vous souvenez sans doute que AllOfMp3, un site russe qui vendait des musiques en format MP3 sans protection DRM, avait dû suspendre ses activités à la suite de l’action de la police et de l’ouverture d’un procés. Il apparaît que Denis Kvasov, le fondateur d’AllOfMp3, vient d’être disculpé par la justice russe (il affirmait depuis longtemps que ses ventes comprenaient bien une rémunération des artistes même si certaines compagnies de disques européennes ou américaines lui en voulaient de casser les prix sans DRM).

En vedette :

Si on y ajoute que les fondateurs de PirateBay (site de recherche de fichiers pour BitTorrent) ont finalement été autorisés il y a quelques mois par la justice suédoise à ré-ouvrir leur site et qu’ils veulent aujourd’hui ressusciter le site SuperNova qui était très actif il y a quelques mois, j’affirmerais bien que le balancier est en train de repartir d’un côté plus favorable aux internautes. Pendant quelques mois on a eu l’impression que les producteurs de musique ou de film pourraient nous faire avaler toutes les couleuvres sous prétexte de protection des droits d’auteur. Maintenant, les expériementations de téléchargement légal à coût raisonnable et sans DRM se multiplient dans le domaine de la musique (Neuf-Cegetel a l’intention de lancer une offre qui intègre complètement cet aspect : musique illimitée et offre triple play pour 29,90€). Par ailleurs, le développement de la vidéo à la demande devrait aider les producteurs de film à penser de la même manière.

Il ne restera plus qu’à trouver un équilibre normal entre facilité d’utilisation (la demande des internautes) et rémunération des artistes (le besoin naturel des auteurs). Nous y arriverons prochainement sans doute en oubliant les peut-être une partie des intermédiaires comme certains distributeurs et quelques producteurs mais pour le plus grand bien des consommateurs et des artistes.