Drivers, benchmarks et nouveautés

C’est bizarre. Il y a quelques années, si un constructeur préparait une version spéciale d’un driver graphique pour un logiciel donné, on criait au scandale, à la triche sur les benchmarks, à l’optimisation inconsidérée pour favoriser les résultats sur une mesure précise. Aujourd’hui j’ai l’impression que l’attitude a complètement évolué. Avez-vous remarqué combien de versions de drivers graphiques sont officiellement préparées spécialement pour un jeu vidéo donné (et sont publiées juste après son lancement) ?

En vedette :

Cela devient une course à qui obtiendra le plus tôt les informations de l’éditeur. nVidia ou AMD ? Un partenariat en amont permet alors d’avoir un driver optimisé spécialement pour tel ou tel jeu (idéalement pour telle démo du jeu avant sa sortie).

La comparaison n’en devient que plus difficile. En effet, comment être sûr d’acheter la bonne carte graphique pour les jeux que vous avez : il faut être sûr qu’un ou deux mois (au moins) se sont écoulés entre la sortie du jeu et les tests parus dans la presse (et vérifier que les tests sont bien faits avec la dernière version du driver). On l’a vu récement avec la sortie d’un driver AMD qui, plusieurs mois après le lancement de STALKER Shadow of Chernobyl (AMD remet ça avec un nouveau driver pour Quake Wars : Ennemy Territory), a fait bondir tous les tests de performance sur ce jeu de 10% à 20%. C’est loin d’être un détail quand on se souvient que les écarts de prix entre deux cartes graphiques qui n’ont pas plus de différence peuvent atteindre les 100€.

Est-ce le signe d’un marché qui murit ? J’en doute. Je crois qu’il s’agit davantage d’une course à la performance où le travail des développeurs de drivers sont en train de perdre par rapport aux développeurs de matériel (les chipsets graphiques) et aux développeurs de jeux. Il serait temps que soit les fabricants de chipset et les développeurs de jeu coopéèrent davantage (est-ce possible ?), soit l’on trouve à faciliter le travail des concepteurs de drivers (mais ce n’est pas le récent lancement de Windows Vista qui nous a orienté dans cette direction).