Pas de DRM : c’est bon pour pour les affaires multimédia

C’est bien ce qu’il semble découler des informations que j’ai récemment reçues ces derniers jours. Tout d’abord, le système de DRM et la protection BD+ des disques BluRay semblent bien avoir été craqués. Dans sa dernière version, AnyDVD (un logiciel de copie de DVD plutôt bien connu) comporte une option pour traiter les disques BD+. Cela signifie que le léger avantage technique du BluRay contre les autres formats de DVD haute définition (HD-DVD en tête) a maintenant disparu et que l’on peut s’attendre à trouver des copies pirates de tous les disques BluRay du marché aujourd’hui qu’ils sont faciles à copier.

Ensuite, nous avons appris que la Paramount a commencé la vente de DVDs à prix canon (3 US$) en Chine dans l’espoir de contrer l’avance des ventes pirates dans ce pays. Des disques bon marché seront achetés en plus grande quantité (il faut dire qu’à ce prix, ils sont en concurrence directe avec les ventes de détail des pirate les plus accessibles).

On pourrait croire qu’il s’agit du dernier baroud d’honneur des ingénieurs marketing s’il n’y avait l’annonce quasi-simultanée que voici. Le magasin en ligne anglais 7 Digital nosu apprend que les ventes de pistes MP3 sans DRM représentent quatre fois plus que celles des pistes MP3 avec DRM. Cela aidera peut-être les vendeurs de musique et de vidéo à comprendre que le marché ne veut pas du DRM. Sera-t-il écouté ?