Les questions à se poser à propos d’une photo

Je constate souvent qu’il est possible d’améliorer ses propres photos en les regardant avec l’oeil extérieur du critique. Pour cela, parce que cela n’est pas toujours facile, j’ai créé une petite liste de questions que je me pose en regardant mes propres images.

Alors que certaines questions peuvent (et doivent) être posées au moment de la prise de vue, quelques unes peuvent encore servir plus tard au moment de trier ou développer les photos sur le PC. Mais n’attendez pas ce moment-là, posez-vous la question au moment d’appuyer sur le bouton :

  1. Suis-je assez près ? Trop de photos sont irrécupérables simplement parce que le photographe a choisi d’inclure tout le paysage, trop de choses. S’avancer vers le sujet aurait pu renforcer considérablement la force de l’image, aurait attiré l’attention sur les éléments importants. Ne pensez pas que cela peut être corrigé plus tard (sur Photoshop). Ce n’est pas qu’une question de pixels et de recadrage, mais de plongée plus intense dans le sujet lui-même.
  2. D’où vient la lumière ? Photoshop ne corrigera aucune des erreurs grossières d’éclairage que je fais quotidiennement. Il faut vérifier que les parties intéressantes du modèle sont correctement éclairées, que des ombres profondes et disgracieuses ne viennent pas en rompre les formes, qu’une lumière trop dure ne vient pas faire cligner les yeux ou dessiner des traits inélégants sur les façades d’un immeuble. Il ne s’agit souvent que d’attendre un peu la meilleure lumière (ou de se déplacer).
  3. A quoi ressemble l’arrière-plan ? Tant de photos sont condamnées par un arrière-plan disgracieux ou inadéquat. Il faut jouer sur l’ouverture de l’objectif de votre bridge ou de votre reflex, pour valoriser un arrière-plan (fermer le diaphragme – grandes valeurs d’ouverture) ou pour le gommer dans le flou (ouvrir le diaphragme – petites valeurs d’ouverture).
  4. Foz do Iguaçu - Chutes dA quoi ressemble le premier plan ? N’allez pas croire que c’est seulement le contraire du conseil précédent. Il y a plus. Dans certains cas, c’est le premier plan qui va faire toute la photo, qui va lui apporter sa profondeur. C’est plus particulièrement le cas en photo de paysage. Presque toutes les superbes photos de paysages (y compris les panoramiques si vantées ces derniers temps) prennent les premiers plans en compte en ajoutant un ou des éléments élégants ou complémentaires. Si vous faites des photos de paysages, c’est sans doute le point le plus important à garder à l’esprit.
  5. Changer de perspective va-t-il améliorer la photo ? Souvent, il suffit de tourner autour du sujet pour améliorer la photo. En haut, en bas. A droite, à gauche. Plus près, plus loin. Votre modèle sera différent. Pour les photographes animaliers, j’ajouterai un conseil : prenez toujours une première image « par sécurité » avant de vous déplacer ; l’animal sauvage ne prévient pas avant de s’en aller définitivement. (Je me surprends souvent à tirer 10 ou 20 photos médiocres tout en me déplaçant ; la bonne image, celle dont je suis satisfait, est alors parmi les 2 ou 3 dernières, si j’ai été suffisamment discret pour être accepté à proximité de mon modèle).
  6. Dois-je tenir l’appareil différemment ? N’en abusez pas, mais grâce à la fonction LiveView des reflex de cette fin d’année et de presque tous les compacts, il est facile de déplacer l’appareil photo (au dessus d’une foule ou en dessous de vos genoux). Néanmoins, le conseil principal est de penser à tourner l’appareil : une image en vertical/portrait plutôt qu’en horizontal/paysage ? Cela complémente bien la question du cadrage. Et cela peut parfois sauver une image médiocre au moment du tri de retour à la maison.
  7. Où est la mise au point ? Qu’est-ce qui est au point ? Qu’est-ce qui est flou ? Choisissez avec attention. Pour les photographes qui pratiquent le portrait ou la photo animalière, je conseille de faire le point sur les yeux. Pour la photo de paysage, il est souvent utile de ne pas faire la mise au point à l’infini un peu en avant et d’exploiter la profondeur de champ pour étendre la zone nette des plus lointaines formes jusqu’à un premier plan intéressant. A mon avis, ce point est quasi-impossible à corriger utilement de retour sur son PC. C’est la raison principale qui me fait jeter des images lors du tri (pas assez de croustillant, flou, bougé, mal mis au point, etc.)
  8. Antelopes on the savanahLes couleurs sont-elles bonnes ? Même si les formes du sujet peuvent beaucoup, les couleurs doivent être là : soit se complétant, soit s’opposant, pour raconter leur propre histoire.
  9. Comment sont les surfaces, les matières ? Cela vient sans doute de mon arrière-plan de photographe en noir et blanc, mais même en photo couleur, il faut toujours regarder les surfaces. Leur structure propre offre un choix considérable : rayures, angles, lignes, points, tâches, grains, etc. Une planche de bois ne prend tout son sens que si sa surface est parcourue de formes et de lignes riches, en couleur comme en N&B.
  10. Quelle histoire cette photo va-t-elle raconter ? Les gens, les maisons, les plantes, les montagnes de la photo doivent s’assembler pour raconter une histoire perçue au premier coup d’oeil. Pour la photo de nature, je me trouve souvent en train d’attendre un peu plus pour permettre à un autre animal d’entrer dans le champs ou de changer de posture.
  11. Règle des tiersOù se focalise l’attention ? L’oeil sera naturellement attiré par les zones de force de l’image. Pensez à y placer les éléments les plus intéressants pour le renforcer en utilisant les points focaux de « la règle des tiers« . L’oeil ira plus facilement de l’un à l’autre de ces point pour parcourir les points de tension de votre image.
  12. Le cadrage est-il assez fort ? Cela peut souvent être un peu arrangé par un léger recadrage sous Photoshop. En exploitant les millions de pixels à notre disposition, on peut retirer quelques éléments indésirables, mais dès le déclenchement, il est possible de s’assurer que le cadrage fait du modèle le vrai héros de l’image.

Plus tard, quand vient le temps de développer l’image (sur votre PC) ou même celui de trier/sélectionner les images à garder, vous pouvez vous poser les mêmes questions. Mais c’est souvent trop tard. J’essaye de les garder à l’esprit quand j’ai le doigt sur le déclencheur. Et cela a amélioré sensiblement la qualité de mes photos.