Le prix citron pour la TSA

Homeland Security Advisory System - Threat levelsLa TSA (ou Transportation Security Administration ou Administration de la Sécurité des Transports) est en charge aux USA d’organiser un transport en toute tranquillité pour les personnes qui prennent l’avion dans les aéroports. Malheureusement, soit ils ont d’autres responsabilités très prenantes (ce qui est vrai) et ils n’arrivent pas à bien faire ce travail (ce qui est aussi vrai), soit ils sont parfaitement incapables d’assurer la sécurité des passagers (encore vrai).

J’ai été vraiment surpris par le nombre des histoires incroyables mais vraies sur lesquelles je suis récemment tombé à propos de leur incompétence démontrable. En voilà une liste destinée à vous faire rire (ou pleurer).

  • La TSA a ouvert un blog. Il est supposé aider les passagers. Il s’est rapidement retrouvé dans l’œil du cyclone médiatique Internet. Ils se sont récemment excusés auprès de la blogesphere (sic) pour les vérifications arbitraires des gadget électroniques (au moins à San Francisco SFO, ils exigeaient de déballer la totalité des appareils électroniques et des câbles électriques pour inspection)
  • La TSA a une liste de (no-fly list) de personnes qui ne devraient pas monter dans les avions parce qu’elles sont soupçonnées de terrorisme. Malgré le secret qui l’entoure on sait qu’elle est ridiculisée pour contenir des dizaines de milliers de noms vaguement en relation avec des terroristes (s’ils sont morts, comme Mohamed Atta, connu pour être décédé le 11 septembre 2001 dans son attaque contre les Twin Towers, ils ne sont même pas retirés de la liste) ou alors des noms terriblement communs qui rendent la vie impossible dans les aéroports pour des milliers de personnes innocentes. Comme Sam Adams, 5 ans, très certainement entrainé dans un camp Afghan malgré sa bonne bouille de bébé.
  • Tant que j’en suis à parler des visages, la TSA a commencé à entrainer/former ces agents à reconnaître certaines expressions du visage qui sont considérées comme nécessitant une inspection et des contrôles supplémentaires (dans un programme appelé SPOT (Screening Passengers by Observation Technique) qui n’est probablement qu’une couverture à peine discrète pour « sa gueule ne me revient pas »). Mais on ne vous dira pas s’il faut éviter de sourire ou de faire des grimaces au personnel de la TSA. Après ça, je ne peux m’empêcher de penser à George Orwell et son 1984 (« facecrime« ) ou à Kafka et son Procès (ou comme dans le régime stalinien, votre comportement pouvait vous valoir l’arrestation mais sans pouvoir seulement identifier ce que l’on vous reprochait). Et quand on voit à quel point les agents sont mal formés…
  • A propos de formation, il est temps de mentionner les innombrables cas d’agents tout simplement incapable de manipuler vos effets personnels sans les répandre sur le sol. Je ne parlerai pas d’un T-shirt tombé au sol. Mais je pense à ces appareils photo et ces objectifs qui valent plus cher que le billet d’avion comme ici ou ici.
  • La TSA et les barbouzes anglais ont décidé que le transport de liquides était une menace terroriste grave. Même s’il s’agit du biberon de Benjamin, du Coca de Papa ou de la Vittel de Maman. Donc, maintenant, au delà de 100ml les liquides sont interdits en cabine (même s’il a été plus ou moins admis que le risque avait été largement exagéré). Sauf s’il sont dans un sac en plastique transparent. Qu’est-ce que cela a à voir avec la sécurité ? Où est la différence entre ces deux bâtons de mascara ?
  • Terror Mascara Safe Mascara
    Images copyright of Crazy Aunt Purl

  • Même les pilotes en ont raz-le-bol avec procédures « de sécurité » de merde que la TSA a mis en place. [L’article lié fait une intéressante références à l’admission par des officiels de la Sécurité Britannique que les affirmations concernant « le complot de la bombe liquide » étaient mal cuits, imprécis et “malheureux.”
  • En vedette :

  • Le site web de la TSA est supposé aider les personnes qui souhaitent être retirées de la no-fly list mais le premier visiteur venu (et les élus américains) a pu se rendre compte qu’ils était truffé de bugs et de risques de sécurité sur les données, qu’il ressemble vraiment plus à un site d’escrocs avec toutes ses erreurs et bugs de sécurité qu’à un important élément de la sécurité d’État manipulant des données liées à la vie privée de millions d’américains.
  • Parfois, vous pouvez atterrir dans la no-fly list pour des raisons passablement obscures. Comme l’artiste Ramak Fazel ou le chanteur Cat Stevens.

Après cela, serez-vous vraiment surpris si je vous dit que :