Scanners corporels dans les aéroports : ça ne marche pas

Le débat a été lancé, il y a quelques semaines, après la tentative d’attentat sur le vol Amsterdam-Detroit dans lequel un terroriste nigérian a essayé de mettre à feu un explosif caché dans son slip. Ne faudrait-il pas utiliser cette technologie miracle qui permet de mettre à nu un individu et de voir ainsi tout ce qu’il transporte sous ses vêtements ? « Vive le scanner corporel ! » crient les industriels, « C’est la fin de la vie privée dans les transports » répondent les partisans de la liberté individuelle (et je ne parle pas de ce qui s’inquiètent déjà des voyeurs en uniforme).

Mais la question qui n’est pas posée reste : « cela marche-t-il ? ».

Une chaine de TV allemande a décidé de poser la question et a invité une entreprise à faire la démonstration de sa machine dans un studio TV sous la surveillance d’un expert en soumettant un « terroriste de test » à un scanner corporel.

Inutile de parler allemand pour comprendre ce qu’il s’est passé : une démonstration qui tourne mal quand l’appareil détecte bien le boîtier du micro sans fil attaché à la ceinture du « passager cobaye », mais -surtout- il ne remarque pas la présence de plusieurs récipients destinés à re-construire une bombe à partir de divers produits chimiques (très proche de ce qui s’est passé à Noël dernier).

La technologie n’a rien vu.

Vous voulez vraiment installer ces trucs dans les aéroports pour donner l’impression qu’on est en sécurité ?


YouTube link

Et ne me faites pas croire que l’affrontement était déséquilibré : on ne peut pas espérer avoir un expert du constructeur de la machine dans chaque aéroport pour analyser les images… La réalité ne pourrait être que pire. Le fait que la « victime » ait fait de son mieux pour dissimuler les produits illicites n’est que simplement représentative de ce qui arrivera le jour où cela sera un vrai terroriste avec une vraie bombe.

2 comments for “Scanners corporels dans les aéroports : ça ne marche pas

  1. Ted
    1 février 2010 at 11:07

    Il y a déjà un de ces machins à Nice-Côte d’Azur depuis un an ou deux. Je ne l’ai jamais vu fonctionner. Des voix se sont élevées dès son installation. Il a ensuite été question de ne l’utiliser que sur le personnel de l’aéroport, puis seulement sur le personnel volontaire. Finalement on ne sait toujours pas si le problème est lié à la liberté de chacun de porter le string qui lui plait, ou si la technologie est défaillante.

    Ce manque de transparence (!) est désastreux pour l’image du produit. Il vaudrait mieux le dire clairement quand ça ne marche pas, et se laisser des possibilités d’amélioration en conservant la confiance du public.

    En attendant la bestiole prend la poussière et fait sourire les passants, terroristes ou pas.

  2. 1 février 2010 at 23:09

    J’ai des collègues qui passent par Nice cette semaine, je leur demanderai de regarder, mais j’ai peur qu’ils ne soient bredouilles si la bécane est éteinte.

    😉

Comments are closed.