GrosBill, non merci

J’ai appris « à la dure » comment GrosBill important vendeur d’informatique en ligne (et hors ligne) peut appliquer une politique de garantie de manière parfaitement non-commerciale. Cette histoire est malheureusement un peu révélatrice des pires pratiques.

Le 31 décembre dernier, j’ai acheté plusieurs composants de PC pour construire une nouvelle machine destinée à devenir mon PC principal. Mon erreur a été de rester un peu obnubilé par le temps (j’ai acheté chaque composant séparément dans des magasins de la rue Montgallet mais je voulais profiter d’un meilleur prix sur le disque SSD d’Intelligence chez GrosBill). Quand je suis allé au comptoir du magasin, j’ai appris que les tarifs de GrosBill en la matière étaient applicables à… un produit qui n’était pas en stock. Inquiet de prendre le risque de ne pas pouvoir démarrer l’installation, j’ai acheté sur le champ un disque dur Seagate 1 To (soit pour installer le système sans SSD, soit comme supplément qui peut toujours servir). Puis je suis retourné rue Montgallet pour acquérir le SSD voulu.

GrosBill.com - magasin parisien

GrosBill.com - magasin parisien

Jusque là rien de dramatique, sauf que dans la semaine qui suit, le disque dur Seagate a commencé à donner des signes de faiblesse (des messages SMART qui sont, justement, là pour annoncer et anticiper la mort prochaine du disque).

Je ne suis retourné chez GrosBill que le samedi suivant, le 16 janvier. Ma surprise a été grande de m’entendre dire, quand je demandais le remplacement d’un produit visiblement victime d’une défaillance de jeunesse, qu’il n’y avait plus ce produit en stock. C’était probablement une fausse excuse puisque quand j’ai proposé de payer la différence pour le modèle suivant (la gamme Seagate est large) on m’a finalement donné la vraie raison : nous ne comptons comme défaut au déballage (seule condition d’un échange standard) que les pièces retournées sous 10 jours (notez bien le décalage considérable de ma demande : 16 jours).

Aucune capacité commerciale, mais je ne peux m’empêcher de penser aux clients qui doivent utiliser un transport express quand ils n’habitent pas Paris pour respecter cette limite pour un disque qui n’aurait même pas voulu démarrer une première fois…

Donc, ce sera un retour en SAV : entre 3 et 5 semaines. Bravo pour observer les messages SMART qui représentent la base de l’expertise de panne sur ce produit !

Le 9 février (dans les temps annoncés de manière regrettablement précise), voici le courrier qui me signale que je peux venir pendre ma pièce de remplacement.

http://www.rue-montgallet.com/ est le site sur lequel la plupart des boutiques de la rue Montgallet (à Paris) ont regroupé leurs informations et leurs prix.

Heureusement que ce disque était une dépense de sécurité et que j’ai pu m’en passer mais je ne dis pas Bravo ! À GrosBill. Leurs prix ne concernent pas nécessairement des articles en vente mais sont des prix d’appel. Leur sens du commerce est moins bon que celui du premier chinois venu rue Montgallet qui aurait branché le disque, vérifié le problème et se serait débarrassé de moi avec un remplacement en direct.

Je dis adieu à GrosBill. Ils n’en valent pas la peine. Il vaut mieux les vendeurs de la rue Montgallet : un peu pressés, pas toujours avec l’accent berrichon, mais souriants, au bon prix, toujours prêts à proposer le montage gratuit de la CPU sur la carte-mère, plus intéressés à trouver une solution tout de suite plutôt qu’à garder un client en face du comptoir de SAV (n’est-il pas symptomatique que le SAV de GrosBill soit dans une petite pièce fermée et isolée du reste du magasin ?)

8 comments for “GrosBill, non merci

  1. 13 février 2010 at 14:47

    Méfiance et surprise!J’ai acheté mon Pentax K-x chez Cdiscount,aucun problème, sauf que le chargeur externe de piles avait ses broches tordues.
    Un problème ayant visiblement pour origine le dépôt et pas le transport, donc rien de grave.
    Très rapide, le SAV m’a demandé de tout renvoyer, étonné, j’ai fait savoir que je trouvais stupide de renvoyer l’ensemble avec le risque d’attendre un éventuel retour ou même un remboursement alors qu’il suffisait de changer le chargeur…
    rien à faire, j’ai préféré redresser moi-même les broches avec une pince !

  2. 13 février 2010 at 15:35

    C’est curieux, j’avais déjà eu quelques raisons de mécontentement avec CDiscount il y a trois ans (une livraison de DVD pour Noël arrivée début février !)

    Je vois un point commun entre les deux sites : CDiscount fait partie du groupe Casino, GrosBill une filiale de Auchan. Faut-il en conclure que les gros ne sont pas capables de faire du commerce quand il est électronique ? Je vous laisse juges.

  3. 13 février 2010 at 17:36

    A noter : je viens de récupérer mon disque dur de remplacement chez GrosBill. Je n’aurais plus besoin d’y retourner.

  4. Secly Jean-Luc
    14 février 2010 at 10:50

    Tu aurais du defoncer son magasin a cette [vocabulaire censuré par Admin] ! merci pour l’info, je le raye pour tous mes futures achats !

  5. 14 février 2010 at 13:25

    On peut dire qu’avec tous les groupes, il peut y avoir une solution qui prend du temps, il ne faut pas être pressé.
    J’avais acheté plusieurs composants chez « Top achat », le magasin en ligne..plus de 2 ans après, le processeur a rendu l’âme (garantie 3ans).Top achat était passé dans le même temps dans le giron de « Rue du commerce »et une solution a mis au moins 3 mois à prendre forme après de nombreux appels (payants) chez le SAV de Top achat: le remboursement du processeur.
    Heureusement que j’avais racheté avec le « Bon coin » , un processeur neuf qu’un internaute avait eu en échange par un autre SAV d’un magasin informatique!
    Un SAV qui ne m’a jamais déçu est celui de Médion, par rapport à un ordinateur acheté chez Aldi.
    Très sérieux, aucune critique, si ce n’est la Poste qui ne fait pas toujours attention dans le transport (Collissimo).

  6. 14 février 2010 at 15:52

    Jean-Luc,
    Ta proposition ne peut certainement pas être généralisée, mais j’avoue que j’ai été tenté un instant.

  7. lobo
    19 février 2010 at 20:46

    Les gros distributeurs ont tous la même philosophie: le profit le plus rapide et le plus élevé. J’ai eu un PB il y a 2 ans avec RueduCom. Une imprimante laser couleur XEROX promise avec 3 cartouches couleur gratuites dont malgré mes réclamations, je n’ai jamais vu….la couleur RueduCom prétendant que c’était le distributeur et non eux qui étaient les initiateurs de la promo. Les Asiatiques de Montgallet ne sont pas non plus des saints (en fait il y a 3 ou 4 propriétaires pour tous les magasins du quartier). Un vaste contrôle fiscal a d’ailleurs eu lieu avec bouclage policier du quartier il y a environ 2 ans. Une des règles chez eux, c’est la vente avec garantie de 3 mois (précisé sur la facture), ce qui est totalement illégal en France. Quant au remboursement de la TVA aux services fiscaux par les vendeurs, le contrôle évoqué ci-dessus n’y était pas étranger. Cela étant dit, j’ai acheté plusieurs composants (de grande marque et de qualité réputée) dans ce quartier -Charenton-Montgallet- et n’ai jamais eu de PB avec un de ces magasins.

  8. 20 février 2010 at 15:54

    C’est vrai que la rue Montgallet a bien un tout petit nombre de magasins même si les enseignes ont l’air différentes. Cela se voit bien quand le vendeur voit qu’il n’a pas le produit en stock, demande une minute et va le chercher chez « le voisin »…

Comments are closed.