Lillehammer, feu d’artifice viking

De tous temps, le viking s’est défini (dans l’intimité de son village et la tranquillité de son drakkar) par sa haine de l’hibernation de la marmotte. Mais sa discrétion légendaire l’amenait à sublimer ce sentiment dans l’organisation de raids à travers l’Europe plus méridionale que sa terre natale.

De nos jours, il a trouvé un moyen plus civilisé : le norvégien moyen, lors du changement d’année, démontre sa force, son respect pour les habitants du Valhalla, par le tir d’innombrables feux d’artifice. Le fier descendant des guerriers vikings ne se sent pas digne d’être un fils d’Odin s’il n’impose pas des traits tirés à tous les mammifères à torpeur hivernale du voisinage (ours, marmottes, etc.)

Le moindre village est inondé de bruit et de lumière (sans parler d’une fumée âcre et grise) pendant quinze à vingt minutes au tournant de l’année comme si cela devait compenser le caractère calme, discret et -pour tout dire- effacé du moderne marin-guerrier-pillard.

Vous pouvez en voir quelques exemples ici.