Comparaison de télé-objectifs haut de gamme

Pendant mon récent safari au Kenya, j’ai eu l’occasion de voir certains des meilleurs télé-zoom du marché en action (j’étais celui le moins brillamment équipé). Cela m’a donné une petite idée des avantages ou inconvénients de ceux-ci, et l’envie de creuser un peu le sujet pour nous tous. Voici les candidats :

  • Nikon AF 80-400mm VR f/4.5-5.6 D ED
  • Canon 100-400mm f/4.5-5.6 L IS UM
  • Sigma 80-400mm f/4.5-5.6 DG EX OS


  Nikon
80-400mm
Canon
100-400mm
Sigma
80-400mm
Commentaire
Stabilisation interne interne interne  
Ouverture f/4.5-5.6 f/4.5-5.6 f/4.5-5.6  
Poids 1340g 1380g 1630g Sigma est le plus lourd (de loin !)
Correction manuel du point Oui Oui Pas de HSM
(peut-être dans une version ultérieure)
 
Dist. min. de mise au point 2.3m 1.8m 0.2m Sigma fait presque de la macro
Couleur noir blanc noir  
Prix (de la rue) 2290€ 1990€ 1400€ Gagnant : Sigma

A la fin de cette comparaison ultra-rapide (et qui ne parle pas beaucoup de la qualité intrinsèque), vous pourriez dire que Sigma a l’avantage. Néanmoins, quelques autres éléments doivent être pris en compte avant le choix.

Le Canon 100-400mm f/4.5-5.6 L IS UM a un problème courant : c’est un zoom à pompe. Cela implqiue que – dans un environnement poussiéreux – le simple fait de changer de focale pompe la poussière dans l’objectif lui-même (et cela peut rapidement devenir dramatique avec les capteurs numériques ).

J’ajouterais aussi mon expérience récente avec un télé Sigma au Kenya qui pourrait en intéresser certains. Le Sigma 400mm f/5.6 APO que j’y ai utilisé est revenu avec une peinture extérieure sérieusement endommagée (la combinaison de la chaleur, de la trnaspiration, et de la pousisère semble avoir meurtrière pour un objectif qui n’était pas au même prix que certaines vedettes de chez Canikon). J’admets aisément que ce n’est quand même pas un problème pour l’utilisation quotidienne, mais la peinture a bel et bien fondu et filé sous mes doigts et l’objectif a maintenant une telle allure qu’il ne sera jamais plus vendable sur le marché de l’occasion. Ainsi, j’en conclus que la qualité de fabrication de cette série de télés Sigma n’est pas aussi élevée que les télés blancs Canon (très belle couleur, d’ailleurs) ou des fûts noirs de Nikon (belle allure très professionnelles, aussi).

La couleur blanche des optiques Canon pro (comme celle des télés et zooms Minolta de la série G) pourrait bien avoir l’avantage dans les conditions très ensoleillées où elle réduit légèrement la température en comparaison avec le fût noir le plus courant (mais c’est exactement le contraire si vous allez au Canada en hiver). Quoi qu’il en soit, cela rend les télés Canon parfaitement reconnaissables. De très loin, vous serez reconnu comme un « pro » et cela plait parfois (certains photographes aiment bien se pavaner avec leur matériel comme s’il s’agissait d’une parure animale). J’avouerai également que le fût blanc de mon blanc Minolta APO G 200mm f/2.8 m’a autrefois permis de me faufiler discrètement dans un groupe de photographes professionnels lors d’un concert où je n’avais pas exactement de carte d’accès.

Encore une note à retenir : La plupart des gens considèrent que les optiques Sigma sont plus bruyantes lors de la mise au point (en comparaison avec les concurrentes de chez Nikon). Cela est un peu agravé par une certaine lenteur (un peu moins précis, un peu plus lent, un peu plus bruyant…)

Comments are closed.