Fin de l’Odyssée

L’un des plus grands esprits et des meilleurs auteurs du 20e siècle vient de s’éteindre. Arthur C. Clarke était connu pour certains de ses livres reconnus par la multitude (pensez simplement à 2001, l’odyssée de l’espace et à la collaboration qui s’ensuivit avec Stanley Kubrick pour le film éponyme). Pourtant pour certains, la renommée ne s’étendait guère au delà des rangs des amateurs de Science Fiction (Rendez-vous avec Rama, Les fontaines du paradis, par exemple).

Mais Sir Arthur C. Clarke était aussi l’auteur de certaines avancées scientifiques indéniables comme l’observation de l’intérêt du satellite géostationnaire pour les télécommunications à partir de l’espace. Je garde vif le souvenir de la lecture de son Interplanetary Flight; an introduction to astronautics (vol interplanétaire ; une introduction à l’astronautique), dans lequel dès 1950 il décrivait et défendait sans hésitation des concepts comme la fusée à étages ou le satellite géostationnaire.

Le vieil homme (né le 16 décembre 1917) vivait à Sri Lanka où il pouvait profiter toute l’année du plaisir de la plongée en mer.

La Science Fiction est à jamais transformée par son passage.


Lien YouTube

Arthur C. Clarke est mort à l’age de 90 ans de complications respiratoires liées aux conséquences d’une polio qui l’a tenu dans un fauteil roulant pendant ses dernières années.