Imprimante à jet d'encre

Le papier jet d’encre a une surface

Tous les papiers jet d’encre ne sont pas nés égaux. En particulier, leur surface peut être très différente d’un papier à l’autre. Vous pensiez peut-être que les seules distinctions étaient le grammage (ou le poids), le brillant et le prix. En fait, les fabricants n’en parlent guère (il ne faut pas affoler le public avec des détails techniques…) mais une nouvelle génération de papiers est apparue sur le marché du jet d’encre :

Le papier microporeux

La fibre

Tenté de revenir à l’aube des temps, on peut parler du papier en rappelant qu’il est fait de fibres de cellulose. Mais cette matière est relativement irrégulière et ne s’adapte guère à une grande qualité d’impression. On a donc rapidement calandré le papier (pressé entre deux rouleaux métalliques) pour lui donner une surface plus lisse. Puis on a décidé de l’enduire pour lui donner une surface spécifiquement préparée.

Pour la photographie (argentique d’abord, puis numérique ensuite), la science est devenue nécessaire pour fournir une surface aussi lisse que possible mais dans laquelle ou sur laquelle les produits chimiques peuvent se déposer.

Pour les imprimantes à jet d’encre, il s’agit de déposer un enduit qui accueillera au mieux les encres (à pigments ou à colorant) projetées sur le papier.

Le papier couché

On parle de couchage lorsque l’on enduit la surface (lorsque l’on dépose une couche à la surface) du papier. Les industriels du papier ont développé des formules diverses dont l’objectif principal est de permettre de recevoir l’encre et de lui permettre de pénétrer perpendiculairement sans se répandre à la surface.

Les brevets sont nombreux, les astuces industrielles se sont multipliées. Mais la technologie commence à en être maîtrisée ce qui autorise généralement les meilleurs prix.

Avantages :

  • Les encres sont absorbées en surface
  • La lumière est bien réfléchie sans avoir à pénétrer en profondeur
  • L’encre fait moins de tâches que sur un papier non couché
  • La fidélité du rendu est généralement plus facile à atteindre (l’encre reste très près de la surface est n’est que peu altérée lors de son séchage).

Le papier microporeux ou nanoporeux

La structure d’un papier microporeux, au contraire, ressemble à un empilement de billes de très petite taille sur la surface du papier. L’idée est de fournir une surface considérable où répandre l’encre (au lieu d’avoir seulement la surface plane, il y a des millions de petits recoins où l’encre va se répandre et sécher).

La technologie est en train d’arriver à maturité mais toutes les marques n’en maîtrisent pas également les procédés.

Avantages :

  • Les encres sont absorbées encore plus vite que sur les autres papiers (séchage ultra-rapide),
  • Les petites particules réfléchissent encore mieux la lumière (couleur plus pétantes et couleurs plus saturées),
  • Plus encore que pour un papier couché, l’encre ne se répand pas améliorant la finesse de l’impression des meilleures imprimantes jet d’encre photo.
Combien dureront vos impressions à jet d’encre ?
Aujourd’hui, les imprimantes photographiques à jet d’encre sont partout. Hier, les impressions argentiques avaient une longévité connue (souvent 1 siècle dans de bonnes conditions). Mais en sera-t-il de même avec vos dernières impressions à jet d’encre. Henry Wilhelm (de Wilhelm Imaging Research) est vraiment l’expert de ce champ d’étude. Son site web contient des liens vers des articles compréhensibles par tous (par exemple des copies
PDF d’articles en anglais de PCWorld
), des articles techniques pour les consommateurs les plus éclairés et des informations pour les experts véritables.

Inconvénients (rien n’est parfait) :

  • Le papier est plus fragile (il est conseillé de ne pas mettre les doigts sur la face imprimable avant utilisation),
  • L’énorme surface des micropores joue aussi un rôle dans la détérioration des impressions par les gaz (pollution et solvants sont des causes courantes de dégradation plus rapide d’impressions portant superbes à l’origine).

Conseils

Le papier microporeux (ou nanoporeux quand le marketing s’emballe) est un véritable progrès. Sa fragilité ne doit toutefois
pas être oubliée par ceux qui sont attachés à la durée de vie de leurs impressions. La pire combinaison est sans doute celle d’une encre à colorant (moins durable que les encres à pigments) avec un papier microporeux.

Les utilisateurs de Canon (une marque dont les encres d’origine sont systématiquement à base de colorant) sont prévenus. Les amateurs d’Epson seront moins sensibles à cet argument.

 

Cet article est une ré-édition légèrement mise à jour d’un article paru ici précédemment et qui n’était plus très facilement disponible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *