Paramètres de la sauvegarde

Archiver un NAS Synology sur disques USB externes

Quand on a besoin de stocker des données de manière fiable mais sans avoir vraiment besoin d’y retourner souvent, on a un besoin de « stockage froid ». C’est typiquement le cas sur mon NAS Synology dont je souhaite stocker un backup sur un site externe (mais je n’ai guère l’intention d’utiliser le backup parce que le NAS est mon premier backup et qu’il s’agit de me protéger contre une vraie catastrophe, genre incendie chez moi, avec destruction simultanée des PC et du serveur NAS).

J’avais exploré plusieurs possibilités en ligne comme :

  1. Amazon Cloud Drive, qui se révèle assez cher quand on doit y envoyer quelques téra-octets.
  2. OVH Cloud Archive, que je n’ai pas réussi à configurer (même avec l’aide de l’excellent support d’OVH) ; il a fallu se tourner vers OVH Cloud qui se retrouve dans les mêmes prix (une structure de facturation un peu complexe, mais peut-être marginalement plus économique).
  3. Hubic, qui a récemment décidé de fermer ses portes aux nouveaux abonnés.

Alors, il restait à partir dans une autre direction : archivage sur disque USB externe, mais en alternant deux disques pour permettre de loger l’un d’eux en site externe (protection contre incendie ou inondation).

La configuration n’est pas si compliquée mais demande un peu d’attention et de patience.

Préalables sur Synology DSM

L’avantage de Synology est bien leur interface très cohérente quel que soit le modèle de NAS (DSM). Donc, cela s’appliquera à tous les modèles.

Disque durL’idée générale est de sauvegarder un répertoire du serveur Synology vers le disque externe USB3. Pour cela, il faut installer le package « Hyper Backup » qui est particulièrement apte à faire des backups vers un nombre considérable de services (je l’ai utilisé avec succès auprès de Amazon Drive (maintenant trop cher à mon goût) et du défunt hubiC).

Une simple recommandation : ne faites pas de versionnage sur le NAS (cela semble poser plus de problèmes que souhaitable : il consomme un espace absolument déraisonnable et ne peut pas être reconfiguré ensuite). Vous pouvez toujours demander ça à Hyper Backup qui s’en sort très bien. Autant prendre de la place à l’extérieur que sur les disques de mon propre NAS.

Configuration

Formatage du disque dur

J’ai choisi des disques de 8 téra-octets pris chez Seagate. Dans un premier temps, je m’intéressais aux rares (mais bon marché) Seagate Archive 8Tb. Mais ils ont maintenant été remplacés par les Seagate Barracuda 8To 5400rpm (qui sont équivalents en vitesse de lecture mais un poil plus rapides en écriture, pour un prix maintenant identique).

Commençons par connecter le disque dur (dans un boitier USB3, capable de faire de l’UASP pour la meilleure performance) au Synology. Il va être immédiatement monté et reconnu par DSM comme USB Disk 1 (ou USB Disk 2, selon le port USB utilisé). Il est recommandé de le formater avec une seule partition de type EXT4.

Dans le panneau de configuration de DSM, sous l’option « Périphériques Externes », il suffit de sélectionner le disque USB Disk 1 et de cliquer sur le bouton « Formater » puis choisir les options par défaut.

DSM Format

La progression sera lente (plusieurs dizaines de minutes) mais sans complication.

Nommage du disque dur

Ce n’est pas très important mais infiniment plus confortable de donner un nom à ce disque (Toto1 et Toto2, si vous le voulez ; pour moi, il s’agit de Sciurus vulgaris 1 et 2).

Juste après le formatage, dans le panneau de configuration de DSM, sous l’option « Dossier Partagé », il suffit de sélectionner le répertoire usb_share_1 (le numéro peut varier), puis de cliquer sur le bouton « Modifier » pour avoir accès à un certain nombre d’options dont celle de renommer le disque.

Je recommande (sans obligation) de choisir certaines options :

  1. Cacher le dossier dans les « Emplacements réseau » et « Masquer les sous-dossiers » est un moyen de limiter l’accès par d’éventuels intrus.
  2. Absolument : il faut absolument chiffrer le dossier partagé, parce que le disque dur sera ensuite détaché du Synology et risque de tomber entre d’autres mains que les vôtres. DSM vous fournira un fichier PEM qui contient la clé, mais il est évidemment critique de bien noter la clé de chiffrement pour ne pas perdre les données…
  3. Les permissions d’accès sont à limiter au compte qui fait fonctionner Hyper Backup (personne n’est susceptible de toucher à ce disque au rôle d’archive).

Renommer le disque dur

 

Normalement, vous avez maintenant noté toutes les informations nécessaires.

Configuration de Synology HyperBackup

Comme j’ai choisi d’utiliser HyperBackup, les choses sont ensuite très simples. Dans HyperBackup, cliquer sur +, puis « Tâche de sauvegarde de données ».

Il vous faudra désigner une sauvegarde sur disque USB externe : « Dossier local & USB » dans la fenêtre ci-dessous.

Destination de la sauvegarde

 

Il faut ensuite décrire la sauvegarde à partir de plusieurs fenêtres de dialogue qui sont à peu près explicites. tout d’abord, il faut désigner la destination (le disque USB externe) :

Tâche de sauvegarde

Puis, vous serez invité à désigner le répertoire (éventuellement plusieurs répertoires) qui sont à sauvegarder. Puis, HyperBackup vous proposera peut-être de sauvegarder les paramètres de certaines applications installées sur le NAS Synology (j’ai choisi de n’en rien faire, mais c’est à vous de voir), avant d’en venir aux principaux paramètres de la sauvegarde :

Paramètres de la sauvegarde

Le plus important est sans doute le chiffrement coté client (en bas de la fenêtre) qui vous permettra de donner un mot de passe pour verrouiller la sauvegarde. Comme il s’agit de réaliser des sauvegardes sur des disques USB externes qui iront « traîner » dans une armoire à distance, je recommande vivement cette protection supplémentaire contre les petits curieux. Mais il ne faut pas oublier le mot de passer ensuite…

Enfin, vous aurez la possibilité de déterminer les paramètres de versionnage des sauvegardes (pour permettre de revenir en arrière dans le temps en gardant les versions successives de chaque fichier). J’ai choisi le paramètre SmartRecycle avec 64 versions (neuf mois de protection avec une sauvegarde quotidienne). Mais vous voudrez peut-être faire vos essais et vos propres choix.

N’oubliez pas de faire cela deux fois : une tâche par disque dur permettra à HyperBackup de suivre les changements de disque externe. Il reprendra les sauvegardes en alternance en fonction des échanges de disque que vous ferez (tous les mois par exemple).

Finalement…

N’oubliez pas qu’un backup ne fonctionne que si la restauration fonctionne. Cela vaut donc la peine de prendre quelques heures tous les 6 mois pour restaurer quelques données et vous assurer que ça marche toujours.

Evidemment, le mieux est de tester tout de suite votre installation avec une première restauration dans les heures qui suivent le démarrage de cette solution (au moins pour noter la procédure de restauration dont vous pourriez avoir besoin un jour…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.