Retour d’expérience à l’arrivée d’un nouveau NAS Synology

J’ai récemment fait une acquisition qui procède de la solution à un problème que j’observais depuis quelques temps avec mon Synology DS413j (vieux, de 7 ans tout de même) : plus de place et plus de possibilité de m’étendre au delà des quatre disques durs de 4To en mode SHR (10,41To accessibles). J’ai donc acheté un tout-nouveau-tout-beau DS420j (toujours bon marché, toujours équipé de l’excellent OS Synology DSM 6.x).

L’avantage d’avoir des disques durs plus anciens (dont certains avaient précédemment servi dans le DS413j avant montée en taille) pour me lancer sans avoir besoin de faire l’acquisition immédiate de nouveaux n’est pas encore 100% une réussite. Mais je trouve ça assez intéressant. J’ai commencé avec trois 3To WD Red (âgés de 3 ans à peu près) et un 2To Seagate (sensiblement plus ancien).

DSM m’a immédiatement signalé l’existence de 970 secteurs ré-alloués sur le vieux Seagate. Un test SMART immédiat a indiqué 2 secteurs ré-alloués immédiatement. Pas cool même pour un RAID. Ce disque ne mérite plus que le stockage vertical dans le bac à déchets électriques et électroniques (DEEE). On démarrera avec seulement 3x3To. On ajoutera un disque plus tard.

Calcul de la parité sur les trois disques WD Red : deux secteurs ré-identifiés (je n’ai pas encore vu ce que cela signifie exactement).

Conclusions :

  • Il va falloir acquérir un peu de disques supplémentaires dans le futur proche.
  • Merci DSM pour une identification super-claire !
  • Même au repos sur une étagère (ou à cause de cela), les disques vieillissent sensiblement. A garder à l’esprit.

Je vais me tester (par curiosité) quelques autres disques vraiment antédiluviens et de capacité ridicule pour savoir où ils en sont aujourd’hui (après dix ans de stockage étagère et malgré quelques utilisations isolées).

Résultat : Sur deux vieux Seagate Barracuda 7200rpm 750Go, un seul est exempt de défauts (l’autre a déjà 116 ré-allocations) ; un Seagate Barracuda 7200rpm 160Go s’est révélé encore parfaitement exempt de problèmes remontés par SMART.

Leçon à retenir : il n’est vraiment pas utile de faire confiance à de vieux disques. Ils peuvent certainement faire du service, à condition d’être protégés par une bonne stratégie de backup, mais inutile de prendre des risques s’ils doivent servir de backup ou de stockage de priorité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.