CD-rip : MP3 ou FLAC ?

De fait, quand vous voulez copier un disque CD audio, l’habitude a été prise de se tourner vers des enregistrements au format MP3. Tout le monde (ou plutôt tous les programmes et tous les lecteurs, de poche ou de salon) sait lire ce format. Il est compact, il est simple, il est universel.

Mais quand j’ai voulu transférer ma bibliothèque de CD-A sous une forme plus facile à manipuler (et avez-vous remarqué que le lecteur de CD a maintenant disparu des voitures neuves, comme le lecteur de K7 audio ?), je me suis rendu compte que le format MP3 présente un petit inconvénient pour l’audiophile (même audiophile amateur) : il s’agit d’un format d’enregistrement compressé. Oh ! On peut choisir le taux de compression, bien sûr (en général, on parle plutôt du débit utilisé, une mesure encore plus floue est difficile à maîtriser). Mais je suis resté convaincu que cela revient à trouver un équilibre instable entre une compression éventuellement désagréable à l’audition et la place occupée.

D’un côté, il est regrettable d’admettre qu’après le lancement du CD audio sur la base de la fidélité absolue à l’original (dans les limites des 16 bits et du 44kHz), nous voilà aujourd’hui avec une proposition qui a essentiellement été inventée pour permettre de stocker à-la-va-comme-j’te-pousse dans un support trop petit pour ça. Et aujourd’hui, tous les supports (clés USB, lecteurs MP3, disques portables, smartphones, etc.) contiennent tellement d’espace que l’ont peut y stocker autant d’albums que l’on souhaite.

Alors pourquoi ne pas revenir à la condition de qualité d’origine ? C’est ce que propose le format d’enregistrement FLAC. Il réduit la taille de l’original d’environ la moitié (parfois un peu plus), via un algorithme de compression sans perte. Mais il ne perd pas la qualité originale. De plus, à l’exception de quelques antédiluviens lecteurs MP3 d’origine douteuse, tous les lecteurs reconnaissent aussi FLAC (il existe d’autres formats d’enregistrement sans perte mais ils n’ont pas le même taux de reconnaissance ; et on souhaite tout de même pouvoir écouter sa musique sur n’importe quel support).

FLAC : l’essayer c’es l’adopter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.