GeoPortail, ça commence mal

C’était une bonne idée, mais alors là, ça tourne mal. Le Président Chirac lui-même lance le site de l’IGN GéoPortail, sensé faire la nqiue à Google Maps. Tout irait bien si les millions dépensés par l’IGN à partir de nos impôts allaient faire enrager la rentabilité de Google. Mais si vous suivez les deux liens ci-dessus vous trouverez quelques différences redoutables :

En faveur de GéoPortail :

  • Images plus fines (jusqu’à 50cm de précision).

En faveur de Google Maps :

  • Google Maps fonctionne, lui… L’IGN n’avait tout simplement pas pensé avoir de succés (il faut croire) et donc les serveurs ne tiennent pas le choc ; le site est fermé !
  • Comme si cela avait vraiment un sens, l’IGN a préféré censurer certaines zones d’intérêt stratégique. C’est sûr, les agents secrets attendaient l’IGN pour savoir où sont les entrepôts militaires et les terroristes seront certainement limités s’ils ne trouvent pas l’emplacement des Twin Towers sur une carte. Soyons sérieux !

Il serait temps que les interventions publiques de la France sur Internet s’intéressent suffisamment au sujet pour éviter les bourdes gigantesques. Le volume des consultations est évaluable à l’avance par l’intermédiaire du succés de Google Maps (ce n’est pas comme si on était en terrain inconnu). Et un outil destiné à tenir un rôle central au niveau de l’Internet mondial se doit de disposer d’une grosse marge de sécurité pour pouvoir encaisser les à-coups qui ne manqueront certainement pas dans le futur.

Un site comme ThePirateBay.org qui n’est géré que par quelques individus isolés a su se rattraper en moins d’une semaine après la confiscation intégrale de son matériel. Et l’IGN ne sait pas planifier un lancement de type étoile mondiale du Net. Messieurs, je sais où sont les professionnels.

Espérons que la situation actuelle ne sera que temporaire…