Dure semaine à la Bourse de Paris

La tempête boursière tant attendue des analystes experts est finalement arrivée en cette fin de Juillet. C’est assez intéressant de voir à quel point les observateurs qui sont également acteurs du marché ont su l’annoncer mais pas l’anticiper au point de l’éviter. C’est un cas assez curieux d’aveuglement : je sais que je vais déraper dans le virage, mais j’accélère encore.

Le CAC40 a fait -6,5% en une semaine (mon propre portefeuille a fait -4,55% sur la même période et j’avais vendu pas mal pour protéger mes petites économies dans un livret A plus solide en cas de tempête). Les journaux et les journalistes font le tour du sujet en annonçant « c’était prévu » et en renouvellant les conseils sur l’attitude à prendre pour la suite (« soyez sélectif », c’est-à-dire n’achetez pas n’importe quoi ; que voilà un conseil avisé, n’est-ce pas ?).

Amusant dans ce contexte de mini-crack de voir des sites web qui se préoccupent de technologie nous apprendre avec un certain effarement que les actions d’Intel ou d’AMD se sont écroulées. De fait, je ne donnerai pas les noms de ces brillants analystes de la technologie, mais allez intepréter comme un signal inquiétant pour les géants de l’électronique la baisse parallèle au reste du marché paraît soit très audacieux soit très peu informé des mécanismes des marchés financiers.