L’hypothèse hétérosexuelle

J’ai récemment (lors de la préparation de mon voyage photo au Brésil) été confronté à une situation après tout assez banale. Je n’y avais jamais vraiment fait attention, mais cela m’a frappé cette fois-ci.

Les faits : pour réduire les frais de logement lors de mon voyage, l’agence m’a proposé de partager ma chambre avec un autre voyageur seul lui aussi. Cela m’est déjà arrivé et pour un voyage cher comme les safaris photo, la chose peut être appréciable. Néanmoins, ce qui m’a fait réfléchir est un peu différent : dans le même voyage, il y a une femme seule ; mais l’agence m’a précisé qu’ils ne pouvaient pas me (nous ?) proposer de partager notre chambre puisque je suis un homme.

La raison implicite est bien sûr que la différence de sexe pourrait poser un problème auquel l’agence ne veut pas être confrontée. Il reste possible de se mettre d’accord en début de voyage mais l’agence ne veut pas prendre cette responsabilité.

Toilettes unisexe à Manaus, BrésilJ’ai été frappé par le fait qu’il s’agit d’un a priori fortement marqué par l’hypothèse faite par l’agence de l’hétérosexualité partagée par ses clients. Je ne souhaite pas ici critiquer l’agence, mais j’ai plutôt été saisi par le fait que cette hypothèse est faite dans bien des situations. La tension sexuelle entre deux personnes n’est envisagée que s’il s’agit d’un homme et d’une femme. Cela peut être le partage d’une chambre d’hôtel, la séparation des vestiaires dans une salle de gym, les toilettes séparées, les journées réservées aux femmes dans un hamam, etc.

N’est-il pas curieux que cette hypothèse reste si courante ? Après tout, nos sociétés ignoraient (ou refoulaient) l’homosexualité jusqu’à il n’y a pas si longtemps. Mais des chiffres actuels estiment le nombre d’homosexuels à un ou deux millions en France [1], 800 000 parmi les hommes français de 18 à 69 ans [2], presqu’un pourcent des mariages au Canada [3], 65000 dans les forces armées américaines [4]. Au simple vu des chiffres, on pourrait facilement dire que l’hypothèse de l’absence de l’homosexualité devrait être abandonnée par notre société.

A quand les vestiaires soit communs soit complètement individualisés, les toilettes partagées, etc. ?