Comment copier un CD-A en FLAC avec Exact Audio Copy ?

Exact Audio Copy (EAC, pour les intimes) est un outil idéal pour extraire les morceaux musicaux d’un CD audio (pour ripper un CD audio) et les convertir dans un format facilement utilisable comme MP3, ou mieux encore en FLAC. encore mieux, il est parfait pour sauver un disque optique CD qui a été mal conservé ou qui a passé sa limite d’âge (Avez-vous vraiment cru qu’un CD allait vivre 100 ans ?).

Dans cet article, je me propose de vous détailler comment utiliser EAC v1.6 (la dernière version à l’heure où j’écris). D’abord le configurer au mieux, puis l’utiliser selon une “procédure” répétitive mais simple.

Configuration de Exact Audio Copy (EAC) pour ripper en FLAC

Avant d’opérer, il convient de configurer proprement (j’allais dire “parfaitement”, mais je ne sais pas si je peux atteindre ce niveau) EAC en vue de l’opération qui va suivre. Cette configuration n’a lieu qu’une seule fois et sera conservée pour tous les rips qui vont suivre. Il est possible de suivre le “Configuration Wizard” (à ma connaissance EAC n’existe pas en français mais cela reste assez facile à suivre ; au pire, vous pourrez toujours une des autres langues – voir plus bas), mais je vais plutôt dérouler tous les menus dans l’ordre. Et montrer les différentes boites de dialogue en soulignant seulement les points les plus saillants.

EAC > EAC Options…

Fixer une “Error recovery quality” à “High” (cinq groupes de 16 relectures) risque de demander plus de CPU et plus de temps sur des disques très endommagés, mais je préfère favoriser la qualité finale.

La troisième entrée va permettre d’économiser un temps fou : il faut toujours aller chercher les informations metadata du CD et de son contenu sans attendre.

IL est important de ne pas sélectionner “Show status dialog after extraction” pour ne pas perdre du temps et de l’énergie à cliquer sur un bouton “OK3 à chaque disque copié.

Vous pouvez ici choisir une autre langue que l’anglais dans le menu “Use language”, mais il n’y a pas actuellement de version française. Plus tard ?

Les deux premières options permettent de lire les informations UPC/ISRC à condition que votre lecteur de CD le permette. Mais s’il en est incapable, cela ne change sans doute rien.

En fonction de l’usage que vous aurez de votre collection de rip, vous voudrez peut-être créer les playlists .m3u. Ce n’est pas mon cas.

Je suis personnellement opposé à la normalisation des niveaux sonores. Elle écrase et étend l’amplitude des niveaux au détriment de certains types de musique (la musique classique). Non merci. Nous sommes là pour faire une copie sans perte, pas pour transformer l’enregistrement.

Le choix du nommage le plus sûr est “%tracknr2% %title%” mais c’est à vous de voir.

Je préfère mettre mes rips chacun dans son propre répertoire…

EAC > Drive Options…

Là, ça commence à être spécifique et vous aurez peut-être à expérimenter un peu.

Ici, il va falloir commencer par cliquer sur le bouton “Autodetect read command now”. En quelques secondes, tout devrait être configuré au mieux pou votre lecteur de CD, par le logiciel.

La partie haute a été configurée par la configuration AccurateRip à l’installation.

Je préfèrerai une option pour la détection automatique et systématique des gaps (espaces entre morceaux). Ici, CaptainRookie préfère la méthode A, je pense que la méthode B est plus tranquille dans les disques compliqués par des grands espaces silencieux.

EAC > Compression Options…

Nous arrivons au cœur de la génération des fichiers extraits de vos CD audio. La priorité : produire des fichiers FLAC (sans perte) le plus facilement possible et le plus efficacement possible.

Toutes les options du programme externe de “compression” FLAC proviennent de CaptainRookie. Pas de problème pour les utiliser même si la valeur de bit-rate a été réduite dnas mon cas (sans effet observable).

“Delete WAV after compression” permet d’éviter de garder les fichiers intermédiaires.

Je recommande d’utiliser le bouton “Test encoder” pour vérifier que tout va bien avant d’aller à l’onglet suivant.

Donc, rien d’original sur les derniers onglets.

EAC > Metadata Options…

Je recommande d’utiliser les metadata provenant de freedb. C’est simple et efficace, même si vous aurez besoin d’ouvrir un compte chez eux.

Il vous faudra fournir votre propre identificateur (l’enregistrement est libre sur le site freedb) :

La dernière option n’est pas obligatoire, mais vous permettrait de continuer à travailler en cas de défaillance de certains serveurs FreeDB.

Comment utiliser Exact Audio Copy (EAC) pour ripper un CD-A en FLAC ?

Toutes ces options étant sélectionnées, il vous reste à lancer votre petite routine de traitement. Ce sera toujours la même chose à chaque CD à ripper. Pas très original, pas tout à fait instantané, mais parfaitement anodin et efficace. J’apprécie profondément le fait que tout cela se déroule avec les seules commandes du clavier.

Lancez Exact Audio Copy (EAC) depuis Windows, puis insérez un CD audio. EAC va lire le CD, puis se connecter à FreeDB pour retrouver les informations techniques du disque (metadata).

C’est à ce moment que vous pouvez faire les vérifications utiles sur les noms de morceaux, le nom de l’album et de l’artiste. Les corrections sont immédiatement prises en compte.

Si c’est la première fois que vous utilisez EAC, je vous recommande d’aller dans le menu Action pour cocher “Append Gaps to Previous Track (default)”. Les fois suivantes, pour les autres CD, cette option restera en place.

Maintenant, pressez la touche F4 (pour Action > Detect Gaps) et laissez EAC détecter les espaces inutiles entre les pistes (les gaps). En quelques secondes vous serez revenu à l’affichage précédent, et prêt à ripper le CD.

Pressez Shift-F6 et laissez faire EAC. Il va vous demander où vous souhaitez stocker les fichiers FLAC (à votre meilleure préférence ; je vous laisse décider).

L’étape suivante est la plus longue. EAC doit lire la totalité du CD et la compresser à la volée. Mais il va parfois avoir besoin de faire plusieurs lectures (ré-essayer) en cas d’erreurs. Et c’est là son principal avantage. Mais c’est aussi parfois une cause de lenteur qu’il faut tolérer.

Quand il aura fini, il se contente d’éjecter le disque, de jouer un petit son. Puis il attendra le prochain CD.

Remerciements techniques

Il me faut maintenant remercier ceux qui m’ont inspiré et qui m’ont permis de produire ce guide dont j’espère qu’il vous sera utile. Toutes les idées originales viennent d’eux, les erreurs sont les miennes.

Conclusion

Il ne vous reste plus qu’à travailler d’arrache-pied pour convertir tous vos vieux CD. Ce n’est pas parce que Exact Audio Copy fait tout le travail pour vous, que cela ne prend pas des heures, que dis-je, des jours entiers pour copier tous vos CD. Mais avec ces conseils, vous allez éviter de perdre trop de temps à cette longue opération. Bon courage.

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.